Le guide de votre bien-être à domicile

Antioxydant

Actualités

Les tomates : cuites ou crues, comment les consommer ?

Le lycopène contenu dans la tomate (et dans les légumes rouges) est un puissant antioxydant aux propriétés bénéfiques dans la prévention des maladies cardiovasculaires et de certains cancers, dont celui de la prostate. Ce pouvoir antioxydant est plus élevé en cas de cuisson.

Concernant l'action du lycopène, il est recommandé de manger des tomates pelées, concassées ou cuites plutôt que crues. Idem d'ailleurs pour le poivrons rouge.

De plus, le lycopène est liposoluble, c'est-à-dire qu'il est mieux assimilé par l'organisme si on lui ajoute de la matière grasse comme du fromage ou - surtout - de l'huile d'olive. Une raison de plus pour craquer pour des plats traditionnels de la cuisine italienne à base de tomates fraîches mais cuites, de fromage, de viande et bien entendu d'huile d'olive.

Cependant, contrairement au lycopène, une partie des vitamines et des minéraux de la tomate sont perdus lors de la cuisson. C'est notamment le cas de la vitamine C, particulièrement sensible à la chaleur et donc à la cuisson. Pour un effet optimal, l'idéal consiste dès lors à alterner les tomates crues et cuites.

Le curcuma : la touche jaune bienfaisante

Le curcuma est non seulement composé de curcumine, qui a des effets anti-inflammatoire et antioxydant, mais aussi d'une huile essentielle contenue dans la racine, qui a aussi des effets anti-inflammatoire et antioxydant différents de la curcumine.

Le curcuma donne une belle couleur jaune à nos plats ou à nos vêtements mais ce n'est pas son unique propriété. Ce principal constituant du curry a un goût discret qui n’altère pas le goût de nos plats. Mais cet ingrédient possède également de nombreuses qualités pour notre corps. Cet épice est également réputé pour faciliter la digestion et est utilisée en prévention des maladies cardio-vasculaires. En effet, la curcumine permettrait de faire baisser le taux de cholestérol dans le sang. En Inde, on lui attribuerait même un pouvoir d’antidote contre les morsures de cobra. Le curcuma fait aussi partie des aliments dits "anti-cancer". En effet, on voit de plus en plus de publicités et vidéos sur les réseaux sociaux qui promeuvent ces aliments miracles. Mais, pour les diététiciens, il n'existerait pas d'aliments qui nous protégeraient d'un cancer. Par contre, ce qui est vrai c'est que notre alimentation (et notre hygiène de vie en général) a une influence sur notre santé et, donc, sur les risques d'avoir un cancer.

Pour multiplier ses bienfaits, vous pouvez l'associer à du gingembre. En fait, étant donné que cet aliment a aussi des effets anti-inflammatoires et antioxydants, les effets en sont multipliés. On peut également l'associer à du poivre. La curcumine n'est pas totalement assimilable par le corps. Du coup, la solution est de l'associer à du poivre afin d'aider le corps à l'assimiler.

Thé matcha : le secret de la longévité japonaise

Le matcha cette poudre ultra-fine d’un vert éclatant est, paraît-il, le secret des Japonais pour vivre plus longtemps et en meilleure santé. Traditionnellement utilisé pour la cérémonie du thé, le matcha bénéficie d’un soin particulier quant à sa culture. Quelques semaines avant la récolte, les buissons de thé sont couverts pour les protéger de la lumière directe du soleil. Cela ralentit la croissance de la plante, rend ses feuilles plus sombres et renforce la production d’acides aminés qui adoucissent le goût du thé et élèvent son taux en catéchines. Ces jeunes feuilles de thé (appelées « tencha ») sont ensuite séchées et moulues en une poudre très fine, d'un vert clair : le matcha.

Les Japonais en raffolent aussi pour son action contre le vieillissement de la peau et notamment contre l’apparition des rides. Par son activité anti-oxydante, les radicaux libres sont éliminés : les cellules sont ainsi débarrassées de ce qui contribue le plus à les faire vieillir et dysfonctionner.

Le matcha aide également à vivre plus longtemps et en meilleure santé car il lutte contre l’oxydation, limitant les dégâts sur les membranes cellulaires et sur l’ADN. Enfin, il permet de prévenir toutes les maladies inflammatoires et dégénératives (dont Alzheimer).
En réalité, le matcha est plus qu’un thé, c’est un super aliment. Il a d’ailleurs longtemps été considéré par les samouraïs comme un médicament. Outre la théine, tous les thés renferment beaucoup d’autres substances bénéfiques : huiles essentielles, tanins, enzymes et composés phénoliques. Mais le thé matcha est doué d’une qualité nutritionnelle particulière par sa richesse en catéchine, un antioxydant qui renforce le système immunitaire, prévient le cancer et lutte contre le cholestérol.

Même si les bienfaits du thé matcha sur la santé sont évidents, mieux vaut pourtant ne pas en consommer tous les jours, afin d’éviter le surdosage en vitamines A, C et E. Par ailleurs, contrairement aux idées reçues, le matcha n’aide pas particulièrement à maigrir. Il parfume cependant certains mets et les pâtisseries, ce qui permet d’utiliser moins de sucre.

Aliment riche en antioxydants : les bienfaits de l’artichaut

L’artichaut est un légume qui propose de nombreux bienfaits pour la santé. Que ce soit pour la perte de poids, la rétention d’eau, les problèmes de digestion ou des crises de foie, l’artichaut peut vous aider à régler le problème.

Pour le foie : Les feuilles et la tige de l’artichaut contiennent de la silymarine et de la cynarine qui sont des composants protecteurs des cellules hépatiques. L’artichaut aide dans l’évacuation par la vésicule biliaire et favorise la production de bile par le foie. Pour cela, il est conseillé de le prendre en tisane ou en gélules car l’artichaut cuit, n’a pas d’effet significatif sur le foie. Cependant c’est un traitement contre-indiqué dans le cas de calculs dans la vésicule.

Pour la rétention d’eau : L’artichaut favorise la diurèse pour éliminer facilement l’eau grâce à l’inuline et le potassium qu’il contient.

Pour la perte de poids : L’artichaut est un coupe-faim efficace car il est riche en fibre et pauvre en calories.

Pour la prévention du cancer de côlon : Selon des recherches effectuées, l’artichaut est un aliment prébiotique car il contient de l’inuline, un sucre qui n’est pas digéré par les intestins et qui est fermenté par la flore bactérienne du côlon. Les bactéries de l’intestin utilisent l’inuline pour mieux protéger la sphère intestinale. C’est un prébiotique qui renforce le système immunitaire.

Pour les femmes enceintes : Durant la grossesse, la consommation d’artichaut est conseillée. Riche en vitamine B9 ou acide folique, l’artichaut contribue au développement de bébé car l’acide folique a un rôle dans la production de nouvelles cellules. D’ailleurs les femmes qui veulent tomber enceinte prennent un traitement à base de cette vitamine pour éviter les risques d’anomalies du tube neural.

Thé vert : 10 raisons d’en boire au quotidien

Les vertus du thé vert sont nombreuses. C’est même indiqué comme étant la boisson la plus saine du monde. Si vous n’êtes pas encore convaincu des bienfaits du thé vert, voici 10 bonnes raisons qui devraient vous faire changer d’avis :

1-le thé vert est un super antioxydant : il contient des composants bioactifs bénéfiques pour la santé : les polyphénols, les catéchines et les flavonoïdes. Ces antioxydants diminuent le taux de radicaux libres et protègent contre le vieillissement et diverses maladies.

2-le thé vert booste l’intelligence : la caféine que contient le thé vert garde éveillé et améliore la concentration. Grâce à l’L-théanine, un acide aminé qui réduit le stress et l’angoisse, la sécrétion de dopamine est améliorée. La combinaison des deux assure une meilleure synergie du système nerveux.

3-le thé vert augmente la force et élimine les graisses : c’est une boisson efficace pour les sportifs ou les personnes qui veulent perdre du poids car il augmente la combustion des graisses, avantagee le rythme métabolique, favorise la production d’énergie et améliore les prestations physiques.

4-le thé vert est une boisson anticancéreuse : comme c’est un puissant antioxydant, il diminue le risque de cancer du sein, de la prostate et du colon.

5-le thé vert prévient la maladie d’Alzheimer et de Parkinson : les catéchines et polyphénols protègent les cellules cérébrales et diminuent le risque pour ces maladies.

6-le thé vert permet d’avoir une bonne dentition : les catéchines combattent les caries et préviennent la mauvaise haleine.

7-le thé vert prévient contre le diabète de type 2 : le thé vert baisse le taux du sucre dans le sang et augmente la sensibilité à l’insuline. Le risque de diabète est diminué de 18% avec une consommation quotidienne de thé vert.

8-le thé vert diminue les maladies cardiovasculaires : les chercheurs affirment une baisse de risque de 31%

9-le thé vert fait perdre du poids : comme il aide à l’élimination des graisses, c’est un excellent allié minceur

10-le thé vert améliore l’espérance de vie : comme le thé vert privilégie la santé, logiquement, il allonge l’espérance de vie.

Automne : des plats à base de produits de saison

Parce qu’une alimentation équilibrée se doit de contenir au moins 5 fruits et légumes par jour. Nous avons sélectionné 3 produits caractéristiques du mois d’octobre qui permettent de concocter des bons plats indispensables pour mieux se préparer à l’arrivée du froid hivernal.

La noix

Dans la famile des juglandacées, le noyer produit de la noix, ce fruit à coque qui renferme beaucoup d’acides gras polyinsaturés utiles pour la santé. Pour diminuer le taux de cholestérol et de lipides dans le sang, il est conseillé de manger des noix 4 à 8 fois par jour tout en sachant que 100 grammes de noix contiennent 583,3 calories. Egalement riche en antioxydants, la noix contribue à lutter contre les radicaux libres nocifs pour la peau et responsables du vieillissement prématuré. Riche en fibres et en magnésium, la noix agit en protégeant l’organisme, en luttant contre la constipation, les troubles cardiovasculaires et le diabète de type 2.

La citrouille

Décoration de base de la soirée d’Halloween, la citrouille a une couleur jaune orange et peut être un ingrédient de qualité pour les plat salés ou sucrés (34 kcals par 100 grammes). Riche en caroténoïdes, la citrouille est un excellent antioxydant et son béta-carotène améliore le système immunitaire qui doit lutter contre la diminution des températures. Toujours dans la famille des antioxydants, la citrouille contient également de la lutéine, un ingrédient qui agit contre les radicaux libres émis par les rayons ultra-violets du soleil et contre le stress oxydatif qui attaque la rétine de l’½il et la macula.

Les liliacées

Une consommation régulière d’échalote, d’ail et d’oignon permet de prévenir les cancers et limiter le taux de triglycérides dans le sang. Ces légumes agissent également contre l’agrégation plaquettaire à l’origine des thromboses et des troubles cardiovasculaires.

Un nanoantioxydant à stabilité renforcée vient d’être développé par l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ)

La découverte de ce nanoantioxydant est attribuée à l’équipe de chercheurs de Yiannis Deligiannakis, qui est un professeur invité à l’Institut d’ingénierie des procédés de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ). Les antioxydants propose un caractère instable ce qui présente un problème actuellement. En effet, la dégradation des molécules se fait de manière plus rapide et l’effet de l’antioxydant est limité par le temps.

La nanoantioxydant développé par ces chercheurs propose une composition plus stable. Il est composé d’une nanoparticule de dioxyde de silicium et d’acide gallique. Même si l’acide gallique donne beaucoup de performance à l’antioxydant, il perd rapidement son effet car les molécules d’acide gallique se fixent les unes aux autres et finissent par désactiver leurs actions. Toutefois, les chercheurs sont arrivés à régler ce problème en assemblant les molécules d’acide gallique au dioxyde de silicium.

Le dioxyde de silicium a pour rôle d’empêcher les molécules d’acide gallique à interagir entre elles pour un effet à long terme. La nanoantioxydant développé par ce procédé est plus performante et présente une durée de vie plus importante. Même en petite quantité, elle reste très efficace. Et à la différence des antioxydants classiques, la nanoantioxydant resiste aux hautes températures.

Cette nouvelle découverte apportera du renouveau dans les applications industrielles. D’ailleurs, la nanoantioxydant a déjà bénéficié d’un brevet et les chercheurs négocient avec les partenaires industriels dans l’obtention de licences. Dans l’industrie alimentaire et cosmétique, cette molécule va améliorer aussi la qualité des produits. Le but c’est de fournir un composant performant mais qui ne présente aucun danger pour la santé. Des tests sont en cours pour permettre à la nanoantioxydant d’être utilisée dans les produits alimentaires mais les chercheurs restent optimistes.

Santé : des aliments protecteurs

Lorsque nous faisons nos courses, nous pensons rarement aux effets des ingrédients sur notre santé. Il est temps de changer de vision en choisissant surtout les aliments qui ont la capacité d’améliorer notre santé et nous maintenir en forme.

Le vieillissement cellulaire

Toujours à la recherche de la fontaine de jouvence, nous avons tendance à oublier les effets des aliments sur le vieillissement cellulaire de tous nos organes. En effet, les radicaux libres oxygénés attaquent les membranes de nos cellules composées de phospholipides. Pour contrer le processus, il vaut mieux miser sur les puissants antioxydants tels les polyphénols, les glucosinolates, le resvératrol, les curcuminoïdes et la quercétine. Pour ce qui est des polyphénols, les scientifiques ont rapporté des effets sur la longévité grâce aux enzymes dites « sirtuines » qui se chargent de réparer les ADN des cellules.

Classement des aliments suivant leur pouvoir antioxydant

Dernièrement, des spécialistes américains ont créé l’Orac (oxygen radical absorbance capacity), un indice qui permet de mesurer et classer les aliments suivant leur capacité à lutter contre les radicaux libres oxygénés. Dans les premiers rangs, on cite entre autres les baies rouges, les framboises, les myrtilles, les fraises, les pommes golden, les tomates crues ou cuites, les aubergines, les épinards, le chou rouge cru, le brocoli, le chou vert, la cannelle, le curcuma, le clou de girofle ou le thym.

Avec cette nouvelle technique, il devient plus facile de concocter des plats riches en antioxydant d’autant plus que notre organisme a besoin de 3 000 à 5 000 unités Orac par jour. Cet apport est surtout recommandé en cas de grand stress oxydant lié au tabagisme, au surmenage, aux médicaments ou à la pollution.

Le saumon, un poisson aux multiples vertus

Depuis toujours, les nutritionnistes ont vanté les mérites du saumon, ce poisson riche en acides gras omégas 3 (EPA et DHA) qui interviennent en diminuant l’inflammation, en rétablissant l’équilibre hormonal et en hydratant le corps. Utilisées en complément d’une alimentation saine, ces bonnes graisses permettent de lutter contre l’eczéma et l’acné.

Une bonne hydratation

A forte capacité hydratante, ces omégas 3 diminuent l’inflammation liée aux rougeurs, à l’acné et à la perte de fermeté. Il s’agit également d’acides gras essentiels qui entrent dans le processus de reconstitution des lipides de la peau qui en devient plus souple et moins ridée. D’autres études scientifiques prouvent même le rôle des omégas 3 contre le syndrome de l’½il sec.

Un allié anti-âge

Pauvre en gras saturé, le saumon est une source de protéines indispensables dans le processus de production de collagène et le maintien de la souplesse de la peau. Il regorge également d’astaxanthine, un super antioxydant qui renferme beaucoup de bêta-carotène.

Dans un régime minceur

Les protéines maigres de ce poisson agissent en tant que coupe-faim naturel afin de stopper les envies de grignotages caractéristiques du stress.

Une crème solaire qui agit à l’intérieur

Manger du saumon permet de faire le plein d’oméga-3 à effets inflammatoires efficaces contre les brûlures et les rougeurs caractéristiques de l’insolation. Il permet également de prévenir les cancers reliés à l’exposition aux ultra-violets.

Le saumon, un aide-mémoire

Les bonnes graisses contenues dans le saumon agissent contre les dommages cellulaires à l’origine des pertes des fonctions cognitives et autres risques d’accident vasculaire cérébral. Enfin, le saumon est un excellent aide-mémoire car il renferme du diméthylaminoéthanol (DMAE), la substance précurseur de l’acétylcholine, un neurotransmetteur responsable de la vigilance mentale.

Une alimentation… révisée

Les habitudes alimentaires n’ont cessé d’évoluer et les consommateurs modernes excluent parfois des ingrédients riches en nutriments indispensables pour notre santé. Et si nous revoyons nos gestes pour récupérer ces bienfaits ?

Peau de kiwi

Même si la peau du kiwi est poilue, elle est tout à fait mangeable une fois nettoyée et nous aide à faire le plein de vitamine C et de fibres efficaces pour préserver l’ADN. En outre, sa teneur en antioxydants tels les flavonoïdes contribue à prévenir les maladies cardiaques.

Peau de banane

Elle contient beaucoup de potassium utile pour réguler la pression sanguine et limiter les risques d’accident vasculaire cérébral. Des spécialistes taiwanais affirment même qu’elle contient de la sérotonine et aide à luter contre la dépression nerveuse. Sans devoir manger une banane toute entière, pourquoi ne pas faire une tisane de peau de bananes ou un smoothie ?

Eau de cuisson des légumes

Pour une cure de vitamines, l’eau de cuisson des légumes est à boire directement après la cuisson.

Tripes

Efficaces contre les radicaux libres, les tripes sont riches en calcium, sélénium et zinc. Ces abats renforcent également les dents, les os et le système reproducteur de l’homme.

Tête de céleri

Si nous avons souvent l’habitude de les jeter, les têtes de céleri renferment des vitamines A et C, des fibres, des antioxydants, du magnésium et du calcium.

Peau des oranges

Le zeste d’orange est une bonne source de vitamines et autres minéraux tels le magnésium, le calcium, le zinc, le cuivre, le phosphore et le potassium. Il est efficace contre l’hypertension artérielle, la constipation, la hausse du taux de mauvais cholestérol et le risque de cancer de l’estomac.

Le retour du « bien manger »

Le manque de temps de préparation est la meilleure excuse pour s’adonner à la malbouffe, au déjeuner sur le pouce et au fast-food. Pour les gourmets, retrouvez vos vielles habitudes en suivant un régime sain et équilibré à base d’ingrédients simples qui répondent aux normes du « bien manger ».

Le chocolat noir

Très riche en cacao, le chocolat noir est un antioxydant de qualité qui prévient la formation de caillots sanguins, contrôle la pression artérielle, lutte contre les inflammations et régule le taux d’insuline. Une recherche de 2012 rapporte même que manger 5 morceaux de chocolat par semaine aide à mincir.

Le pain complet

Riche en nutriments et fibres apportés par des graines « complètes », le pain complet permet d’améliorer la lutte contre les maladies cardiovasculaires, le cancer, le diabète et l’obésité.

Le vin rouge

Consommé avec modération (1 verre par jour pour les femmes et deux verres pour les hommes), le vin rouge préserve la jeunesse grâce au resvératrol, une molécule de la longévité qui agit également en prévenant le diabète et les maladies cardiovasculaires.

La viande maigre

Une source de protéines, de vitamines B et E, de fer et de zinc qui renforcent le système immunitaire. Pour vos grillades et barbecues, misez sur la poitrine de volaille désossée et sans peau ou le filet/l’aloyau/l’épaule de b½uf.

Les haricots rouges et noirs

Véritables réserves de potassium et de magnésium, ils remplacent les apports de la viande tout en améliorant la croissance, en fortifiant l’os et en luttant contre l’hypertension. Ils sont conseillés aux végétariens.

Enfin, diversifiez vos menus avec des ingrédients encore plus bénéfiques comme les brocolis, le saumon, la banane, les choux de Bruxelles et la pomme.

Santé : lutter contre la maladie d'Alzheimer grâce à une alimentation riche en antioxydants

Parue dans le Journal of Biological Chemistry, une étude américaine confirme que les antioxydants du thé vert et du vin rouge sont efficaces pour lutter contre la maladie d’Alzheimer. D’après ces scientifiques de l’université de Leeds, les polyphénols, molécules à effets antioxydants contenus dans ces boissons agissent en prévenant une étape essentielle du développement de la maladie neurodégénérative.

Une alimentation ciblée

Si de précédentes recherches ont prouvé que le thé et le vin sont anticancéreux, cette récente étude sur la maladie d’Alzheimer se base sur l’action de ces polyphénols dans la prévention de l’apparition de plaques amyloïdes dans le cerveau. Ce sont des « plaques séniles » qui apparaissent au tout début des symptômes de la maladie en se fixant sur les cellules nerveuses pour les empêcher de fonctionner et enfin les détruire.

Les déroulements de l’expérience

Durant l’expérimentation, les spécialistes ont effectué des essais sur des cellules nerveuses dans leur laboratoire. Ils y ont découvert que les polyphénols agissent en bloquant la formation de plaques amyloïdes dans le cerveau. En tant qu’auteur principal des recherches, le professeur Nigel Hooper a confié au Huffington Post américain que les molécules extraites du thé vert et du vin rouge incitent les plaques à arrêter de provoquer leurs morts. Il s’agit d’une découverte essentielle qui aura un important impact sur le traitement de la maladie d’Alzheimer et les chercheurs orientent actuellement leurs recherches sur les causes de cette mauvaise action des plaques amyloïdes sur les cellules du cerveau.

Même si la création d’un traitement efficace contre cette maladie démentielle est encore hypothétique, il serait plus que temps d’accélérer les recherches puisque les prévisions statistiques révèlent une hausse importante des cas d’Alzheimer en 2050 (triple de l’actuel nombre de malades).

Repas festifs : éliminer les résidus d’alcool avec des asperges

Typique des fêtes de fin d’année, la gueule de bois est parfois difficile à surmonter. Parmi les solutions efficaces figure l’Asparagus officinalis, une variété d’asperge très consommée dans le monde pour ses vertus diurétiques, anti-inflammatoires, antifongiques et anticancéreuses.

Une recherche scientifique sur le sujet

Parue en 2009 dans le Journal of Food Science, une étude de l’Université de Jejun, en Corée a misé sur les composantes de jeunes pousses d’asperges et a évalué leurs effets biochimiques sur les cellules hépatiques de la souris et des humains. La recherche était également concentrée sur le soulagement de la gueule de bois par des acides aminés et autres minéraux de la variété d’asperge.

Les effets de l’alcool sur notre organisme

En cas de consommation permanente, l’alcool crée un stress oxydant dans le foie. Cet état est corolaire à la physiopathologie de diverses maladies typiques comme les cas de cancers, les troubles cardiovasculaires, les maladies neuro-dégénératives. Ce stress oxydant est également la source des atteintes hépatiques liées à l’alcool.

Un allié naturel

Ce sont les acides aminés et les minéraux très présents dans les feuilles et les pousses d’artichaut qui luttent contre la toxicité cellulaire. Avec une capacité estimée à 70 %, le traitement par extrait de feuilles d’asperges diminue l’intensité du peroxyde d’hydrogène (un marqueur d’espèces réactives de l’oxygène ou ROS présent dans les cellules dysfonctionnelles). Par ailleurs, l’extrait d’asperge multiplie par deux l’activité de 2 enzymes indispensables dans le processus de métabolisation de l’éthanol. Il a donc été prouvé que l’asperge A. Officinalis contient des effets biologiques bénéfiques pour soulager la gueule de bois tout en protégeant les cellules du foie contre les agressions toxiques.

Antioxydant : le thé vert conseillé aux diabétiques

Très riche en épigallocatéchine-3-gallate, un antioxydant capable de baisser les pics de glycémie, le thé vert peut être introduit dans l’habitude alimentaire des diabétiques. C’est la conclusion d’une recherche menée par des scientifiques de Penn State qui vient de paraître dans la revue Molecular Nutrition and Food Research. Jusqu’ici réalisés sur des souris, les essais sont très prometteurs dans la recherche de nouveau régime alimentaire pour les patients victimes de syndromes métaboliques ou de maladie chronique comme le diabète.

Les déroulements de l’étude

Durant la durée de l’expérience, les souris ont été soumises à un régime riche en épigallocatéchine-3-gallate (EGCG) et en amidon de maïs. Joshua Lambert, professeur de sciences de l'alimentation à la Penn et son équipe ont observé une diminution de la hausse de leur taux de sucre sanguin, ce, en comparaison à ceux des autres souris qui n’ont pas suivi le même mode d’alimentation. Une baisse de 50% des pics de glycémie a été constatée. Chez l’homme, une tasse et demi de thé vert produirait le même effet.

Un meilleur résultat avec l’amidon

Toujours d’après la recherche, la combinaison de l’EGCG avec de l’amidon de maïs est plus intéressante. Chez l’homme, un régime riche en amidon est donc conseillé : du pain avec du thé vert au petit-déjeuner par exemple. Selon les scientifiques, cela pourrait s’expliquer par le processus de transformation de l’amidon en sucre dans notre organisme, d’autant plus que le résultat était négatif pour les souris soumises au glucose ou au maltose. A noter que c’est l’enzyme alpha-amylase produite dans la bouche et par le pancréas qui entre en jeu dans la décomposition de l’amidon en maltose et glucose. Dans ce cas, l’EGCG limite de 34% l'activité de l'alpha-amylase du pancréas et ce processus permet d’arrêter la capacité des enzymes à décomposer l'amidon.

Lutte contre le vieillissement de la peau : l’entrée en jeu des fruits

Véritables antioxydants, les superfruits connaissent actuellement un franc succès. Que ce soit pour les soins cosmétiques ou l’alimentation, on ne cesse de louer leurs actions miraculeuses.

Depuis quelques temps, les français ne jurent plus que par les bienfaits apportés par ces superfruits. Parmi les plus célèbres, la myrtille, la grenade, le cranberry sont très riches en vitamines et font office de préventifs contre diverses maladies. En guise d’exemples, le cranberry permet d’éviter les infections urinaires, le cassis intervient dans la prévention de la dégénérescence maculaire, les baies rouges et noires sont de vrais trésors d’antioxydants, de vitamines C et E qui aident dans le ralentissement de la vieillesse.

Ces concepts ont également séduit les créateurs de produit cosmétiques et nous trouvons actuellement d’innombrables solutions adaptées à chacun de nos petits soucis de beauté. En voici quelques aperçus :

Le cassis : lifting naturel et efficace pour les yeux
Très riche en vitamine C, le cassis est un véritable antioxydant qui aide les cellules contre les méfaits des radicaux libres et le vieillissement prématuré de la peau. En stimulant la circulation sanguine, il aide dans la diminution des cernes et des poches des yeux tout en apportant un maximum d’oxygène aux vaisseaux de l’½il.

L’acaï : pour le rajeunissement de la peau
Fruit d’un palmier d’Amérique du sud, l’acaï est une baie noire riche en vitamines et polyphénols (vitamine E antioxydante). Elle est surtout utilisée pour nourrir et réparer la peau.

La grenade : un effet bonne mine
En régénérant les cellules du derme et en hydratant la peau, la grenade est l’un des fruits les plus prisés du moment. En effet, elle se décline dans toutes les formules possibles : jus de fruits, produits de beauté, soins cosmétiques. Elle est donc devenue le produit anti-âge phare du moment.

Enfin, l’acérola est une petite cerise rouge originaire des Antilles qui accroit la production de collagène et redonne à la peau fermeté et élasticité.

Le popcorn, un encas très concentré en antioxydants !

Enfin une bonne raison de consommer du popcorn, à condition qu’il ne soit pas riche en gras !

Selon les résultats d’une étude présentée en mars 2012 lors de la 243ème rencontre de l’American Chemical Society à San Diego aux Etats-Unis, le popcorn serait un “aliment” à forte teneur en antioxydants ! Une proportion d’antioxydants qui serait même plus élevée que dans les fruits et légumes.

Les scientifiques ont révélé qu’ils ont retrouvé des taux élevés de polyphénols dans le popcorn, les polyphénols étant une substance connue pour ses vertus antioxydantes. Ils ont d’ailleurs expliqué que, le popcorn ne contenant que 4% d’eau contre plus de 90% d’eau pour les fruits et légumes frais, il était plus susceptible de contenir plus d’antioxydants. C’est d’ailleurs par ce principe que l’on explique pourquoi les fruits secs contiennent plus d’antioxydants que les fruits frais. Rappelons que les antioxydants ont pour mission de lutter contre les radicaux libres, responsables du vieillissement prématuré des tissus et cellules de l’organisme.

L’étude révèle aussi que le popcorn soufflé à l’air est le type de popcorn le plus intéressant pour la santé, contrairement au popcorn fait au micro-ondes accompagné de beurre, plus riche en calories. De plus, les chercheurs précisent que les antioxydants sont concentrés le plus dans l’enveloppe des grains soufflés, la partie du popcorn souvent coincée entre les dents. L’enveloppe des grains soufflés contiendrait aussi une part importante de fibres, censées faciliter la digestion.

A ce titre, le Pr Joe Vinson de l’Université de Scranton en Pennsylvanie préconise le popcorn comme encas bénéfique pour la santé. Ce professeur est spécialisé dans l’analyse chimique des produits alimentaires que l’on consomme au quotidien, tels que le chocolat.

Notons également que ce n’est pas pour rien que les nutritionnistes conseillent de consommer des céréales entières plutôt que des céréales transformées ou diluées dans d’autres ingrédients. Par ailleurs, une portion de popcorn suffit à couvrir 70% des besoins de notre corps en grains entiers, chaque jour.

Bref, pour un excellent équilibre nutritionnel, n’hésitez plus à manger du popcorn en encas, tant qu’il n’est pas riche en gras à cause du beurre ou des huiles trop salées !